Portrait de Paul Verlaine par Gustave Courbet

Chanson d’automne est sans doute l’un des plus célèbres poèmes de Paul Verlaine. La première strophe est souvent citée à tort avec les termes « bercent mon cœur ». Charles Trenet a notamment endisquée une chanson à partir de ce poème (écouter ci-dessous), où il a choisi de dire « bercent mon cœur », probablement pour rendre le texte plus consensuel.

Georges Brassens, ayant repris la chanson de Trenet, y remettra quant à lui la strophe originale. Ce choix fut aussi celui de Léo Ferré dans son adaptation du même poème.

"Chanson d’automne" est extrait des Poèmes saturniens publiés par Verlaine en 1866.  Sept des poèmes qui entrent dans la composition des Poèmes saturniens ont été publiés initialement dans le Parnasse contemporain: Il bacio, Dans les bois, Cauchemar, Sub urbe, Marine, Mon rêve familier et Angoisse.

On sait peu de choses de la genèse du premier recueil poétique de Verlaine. La matière en aurait pour l’essentiel été composée à l’époque où ce dernier était au lycée, en rhétorique.

Source: Wikipedia

Chanson d’automne (Verlaine – 1866)

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

(1) Version "swing" chantée par Charles Trenet


(2) Version jazzée chantée par Léo Ferré


(3) Version chantée par Brassens (audio seulement)


Chanson d’automne – Georges Brassens

 Autres poèmes à écouter sur le site « J’ai la mémoire qui chante »

* * *

Nous avons besoin de votre soutien !

Abonnez-vous au site « J’ai la mémoire qui chante » et contribuez à la promotion de la grande et de la belle chanson d’expression française !

EN VOUS ABONNANT TOUT À FAIT GRATUITEMENT AU SITE « J’AI LA MÉMOIRE QUI CHANTE », VOUS NE COUREZ ABSOLUMENT AUCUN RISQUE sauf celui d’être informé, dès la parution d’une nouvelle chanson !  

Pour ce faire, il vous suffit tout simplement d’entrer votre adresse courriel (votre email) en utilisant le formulaire d’abonnement  que vous trouverez, au bas de la présente page !

About these ads
Commentaires
  1. Anonyme dit :

    Très belle page, mais svp citez la source d’où vous tirez votre texte introductif. Comme il n’est rien précisé, on pourrait croire que c’est vous qui l’avez écrit.

    • Vous avez tout à fait raison de demander que "la source" d’où sont tirées certains éléments du texte introductif soit citée lorsqu’il y a lieu de le faire. A cet égard, je viens d’ajouter comme source "Wikipedia" puisque je crois me souvenir que je me suis inspiré de cette page lors de la rédaction de l’article (il y a longtemps que j’ai rédigé ce article)

      PS
      Cher anonyme, j’aurais, de mon côté, davantage apprécié la sagesse votre commentaire s’il eut été signé.

  2. Melocoton dit :

    Hello,

    John Greaves l’avait également repris sur son album Verlaine sorti en 2008 :
    http://www.4shared.com/audio/DC-L1ItI/07-Chanson_dautomne.html

    • Je ne connais pas davantage cet interprète… une version bien surprenante de la Chanson d’automne de Verlaine !

      • Intéressante découverte, mon cher Yves… et il me semble même, d’après la tonalité de l’accompagnement musical, que la chanson n’est pas si jeune que ça. As-tu une idée de la date de diffusion de cette version ?

        Et pourquoi, cette fois-ci, Trenet s’est-il amendé et a-t-il fait un retour au texte original ?

        Quelqu’un a-t-il une interprétation à nous soumettre ?

  3. Merci… je suis entré en communication avec Claude !

  4. Loïse Lavallée dit :

    Un ami Belge, Claude Raucy, vient d’écrire ceci sur son blogue; je te le réfère…

    "Les sanglots longs… J’aime beaucoup Charles Trenet. Pourtant, comment lui pardonner d’avoir modifié dans sa chanson le si beau poème de Verlaine ? Et pourquoi le Débarquement a-t-il été (semble-t-il) annoncé avec le texte de Trenet et pas celui de Verlaine ? Les Allemands, si méticuleux, semblent avoir enregistré blessent mon coeur. Les Français, plus frivoles, se sont contentés d’un berceau… Bah, l’important, c’est que le Débarquement ait eu lieu. Avec des blessures tout de même… et des morts."

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s