Pour lire les commentaires sur cet articlecliquez ici

Une blessure historique encore bien vivante

En cette journée du Souvenir acadien (le 13 décembre) nous vous proposons un détour en chanson au cœur même de l’histoire de l’Acadie. Comme vous le savez, l’Acadie a connu une blessure historique qui reste encore bien vivante dans l’imaginaire populaire acadien. Le texte de la chanson que nous vous proposons aujourd’hui (nous devrions plutôt dire « des » chansons puisqu’il s’agit de deux chansons différentes), est inspiré de l’héroïne fictive Evangéline du poème épique de Henry Wadsworth Longfellow écrit en 1847 et qui raconte la triste déportation du peuple Acadien. Ce poème, publié en 1847, a eu un grand effet sur la culture acadienne et québécoise dans son ensemble.

Cliquer sur l’image

Le « Grand Dérangement »

Si le personnage d’Évangéline est fictif, la déportation du peuple acadien auquel fait référence cette chanson, ne l’est évidemment pas. La Déportation des Acadiens, ou le « Grand Dérangement », est une expression utilisée pour désigner l’expropriation massive et la déportation des Acadiens, peuple francophone d’Amérique, lors de la prise de possession par les Britanniques d’une partie des anciennes colonies françaises en Amérique. Rappelons brièvement qu’en juillet 1755, environ 12 000 habitants acadiens, désarmés et sans défense, furent déracinés de leur patrie et envoyés par la force en exil vers des destinations qui leur étaient totalement inconnues. Les déportés étaient divisés par groupes d’âge et de sexe, puis embarqués sur les navires où l’on prenait soin de démembrer les familles. Ils se retrouvèrent ainsi éparpillés et abandonnés dans les colonies britanniques de la côte atlantique et cela, jusqu’en Louisiane. La majorité des populations se qualifiant  encore « d’acadienne » se trouve aujourd’hui au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, aux îles de la Madeleine et en Gaspésie (au Québec), à Terre-Neuve-et-Labrador, dans le Maine (États-Unis), et, évidemment en Louisiane et aux Iles Saint-Pierre-et-Miquelon. Des historiens américains estiment que, sur une population totale évaluée entre 12 000 et 18 000 Acadiens en 1755, de 7 500 à 9 000 périrent entre 1755 et 1763, soit des effets de la déportation, soit en tentant d’y échapper.

Un poème épique

Henry Wadsworth Longfellow (1807-1882)

L’auteur-compositeur-interprète Michel Conte s’est directement inspiré, en 1971, du poème Evangeline, « A Tale of Acadie » de l’auteur américain Henry Wadsworth Longfellow (1847), pour écrire sa chanson sur Évangéline et son bel amant Gabriel. C’est la chanteuse québécoise Isabelle Pierre qui l’enregistra pour la première fois en 1971 sur son album intitulé « Heureuse », chanson qui sera d’ailleurs son plus grand succès. Michel Conte écrira à cet effet que « ... je ne saurais trop dire ce qui se passa lorsque je lus sur le socle de la statue le nom d’Evangéline. Quelque chose qui frappe à la porte de ma mémoire…le poème de Longfellow….une grande tristesse qui m’envahit… un choc inconscient mais suffisamment fort pour que je décide d’écrire une chanson sur cette femme qui me paraît être une héroïne de roman, une Yseult maritime, une Juliette nordique, une femme dont le courage me fait mal, dont l’espérance me donne envie de pleurer… »

Nous vous proposons d’écouter, ci-dessous deux versions de cette très belle chanson de l’auteur Michel Conte. Tout d’abord, la version originale chantée par Isabelle Pierre qui a créé la chanson en 1971. Ensuite une version, tout à fait unique, réalisée à partir d’un enregistrement non-public que m’a fait parvenir, un ami du blogue « J’ai la mémoire qui chante » où l’on peut entendre l’auteur, Michel Conte, interpréter sa chanson avec toute l’émotion qu’il associait à sa chanson.

Enfin, je me suis permis de remonter un peu dans le temps et en vous proposant d’écouter une tout autre « Évangéline », créée cette fois en 1947 par la cantatrice acadienne d’opéra et de concert, Anna Malenfant, elle-même originaire de Shediac en Acadie. C’est cette pièce que nos vieux parents ont sans doute entendue et qui a contribué à perpétuer dans l’imaginaire populaire le personnage d’Évangéline, que reprendra Michel Conte.

Source: Wikipedia


Isabelle Pierre: celle qui a créé la chanson

Isabelle Pierre (de son vrai nom Nicole Lapointe) est une chanteuse québécoise qui a connu beaucoup de succès vers la fin des années 1960 et le début des années 1970. Sa carrière, qui fut toutefois de courte durée, n’en demeure pas moins très intense, en particulier grâce à sa rencontre avec l’auteur-compositeur Stéphane Venne qui lui écrit une série de succès. Isabelle Pierre aura été, avec entre autres Renée Claude et Emmanuelle, la représentante d’une époque de liberté et d’espoir d’un Québec en plein éveil culturel et politique.

Isabelle Pierre

Évangéline  – Isabelle Pierre (1971)


L’auteur de la chanson: Michel Conte

Michel Conte est français et il est originaire de Gascogne. Il a vécu au Québec à partir de 1955 et y a poursuivi une carrière multiple de chorégraphe pour la télévision et la scène, d’auteur-compositeur, d’interprète et de metteur en scène tant d’opéras et d’opérettes que de comédies musicales. Michel Conte a croisé Charles Trenet en 1954 et c’était d’ailleurs sur son conseil qu’il était venu au Québec.

Il débarqua au Québec en octobre 1955 au moment où naissait la télévision à laquelle il imprimera sa marque en signant des chorégraphies novatrice qui prennent en compte le vocabulaire visuel du nouveau médium. Les caméras deviennent des partenaires avec lesquels il faut danser lorsqu’elles s’allument au rouge. Il met ainsi en place des ballets classiques présentés par Henri Bergeron à L’Heure du Concert et se charge aussi de composer les fonds scéniques de l’émission de music-hall du dimanche aux heures de grand auditoire. Le chorégraphe et danseur devient donc en quelques années une référence incontournable de la télévision québécoise en matière de danse et il influence directement le milieu en dehors de la télévision.

Au cours des années 1960, il entreprendra une carrière d’auteur-compositeur et sera dès lors interprété tout d’abord par Lucille Dumont puis entre autres par Renée Claude, Monique Leyrac et Julie Arel (Kamouraska) et plusieurs autres par la suite. Julie Arel se vit d’ailleurs décerner le premier prix au Festival d’Athènes de la chanson avec Kamouraska en 1973.

Le document sonore que vous entendrez ci-dessous est un enregistrement privé fait par Michel Conte au début des années 2000 et il m’a été aimablement envoyé par Laurent L. pour que je le diffuse sur cette page. C’est d’ailleurs Laurent qui m’a fait la suggestion d’écrire un article sur la chanson « Évangéline ».

 

9782890059924-g

« En fait, j’ai toujours eu l’impression qu’Evangéline, depuis l’immortalité de son âme, s’était servi de moi pour écrire sa propre chanson. J’ai quitté le Québec en 1982, mais Evangéline continua à vivre sa propre vie sans que personne ne se soucie de savoir ce qui était advenu de son auteur. Mon ami Sylvain Rivière, qui vit aux Îles de la Madeleine et transite souvent par l’Acadie,  me disait que la chanson continuait à être chantée dans tous les festivals Acadiens….

 Entre temps, j’avais appris qui était vraiment Evangéline et quelle sorte de relation nous avions, elle et moi. Gustave Flaubert disait : Madame Bovary, c’est moi ! Je peux également affirmer: Evangéline, c’est moi ! Cette femme est vraiment capable de faire des miracles dans le cœur et dans l’âme de tous ceux qui l’écoutent. Cela démontre que la chanson, comme toutes les autres formes d’expression, peut être un art thérapeutique, comme le dit si bien Alejandro Jodorowski… »

Michel Conte

.

Évangéline – Michel Conte (2000)

Évangéline – Paroles et musique de Michel Conte (1971)

Les étoiles étaient dans le ciel
Toi dans les bras de Gabriel
Il faisait beau, c’était dimanche
Les cloches allaient bientôt sonner
Et tu allais te marier
Dans ta première robe blanche
L’automne était bien commencé
Les troupeaux étaient tous rentrés
Et parties toutes les sarcelles
Et le soir au son du violon
Les filles et surtout les garçons
T’auraient dit que tu étais belle

Évangéline, Évangéline

Mais les Anglais sont arrivés
Dans l’église ils ont enfermé
Tous les hommes de ton village
Et les femmes ont dû passer
Avec les enfants qui pleuraient
Toute la nuit sur le rivage
Au matin ils ont embarqué
Gabriel sur un grand voilier
Sans un adieu, sans un sourire
Et toute seule sur le quai
Tu as essayé de prier
Mais tu n’avais plus rien à dire

Évangéline, Évangéline

Alors pendant plus de vingt ans
Tu as recherché ton amant
À travers toute l’Amérique
Dans les plaines et les vallons
Chaque vent murmurait son nom
Comme la plus jolie musique
Même si ton coeur était mort
Ton amour grandissait plus fort
Dans le souvenir et l’absence
Il était toutes tes pensées
Et chaque jour il fleurissait
Dans le grand jardin du silence

Évangéline, Évangéline

Tu vécus dans le seul désir
De soulager et de guérir
Ceux qui souffraient plus que toi-même
Tu appris qu’au bout des chagrins
On trouve toujours un chemin
Qui mène à celui qui nous aime
Ainsi un dimanche matin
Tu entendis dans le lointain
Les carillons de ton village
Et soudain alors tu compris
Que tes épreuves étaient finies
Ainsi que le très long voyage

Évangéline, Évangéline

Devant toi était étendu
Sur un grabat un inconnu
Un vieillard mourant de faiblesse
Dans la lumière du matin
Son visage sembla soudain
Prendre les traits de sa jeunesse
Gabriel mourut dans tes bras
Sur sa bouche tu déposas
Un baiser long comme ta vie
Il faut avoir beaucoup aimé
Pour pouvoir encore trouver
La force de dire merci

Évangéline, Évangéline

Il existe encore aujourd’hui
Des gens qui vivent dans ton pays
Et qui de ton nom se souviennent
Car l’océan parle de toi
Les vents du sud portent ta voix
De la forêt jusqu’à la plaine
Ton nom c’est plus que l’Acadie
Plus que l’espoir d’une patrie
Ton nom dépasse les frontières
Ton nom c’est le nom de tous ceux
Qui malgré qu’ils soient malheureux
Croient en l’amour et qui espèrent

Évangéline, Évangéline
Évangéline, Évangéline

Acadie mon doux pays: Anna Malenfant

Anna Malenfant, cantatrice acadienne d’opéra, d’oratorio et de concert, est l’une des plus belles voix au Canada français entre 1940 et 1950. Elle est originaire de Shediac en Acadie (Nouveau-Brunswick) et elle a connu une carrière internationale. En plus de son talent d’interprète, elle possède un don de compositrice, et on lui doit une centaine de chansons sous le pseudonyme de Marie Lebrun. Ses chansons, comme Acadie mon doux pays ou Toi, ma Sagouine ou  Évangéline, reflètent des souvenirs de son Acadie natale.

La pièce que vous entendrez ci-dessous a été enregistrée et gravée sur 78 tours en 1942. Anna Malenfant n’interprète toutefois que le premier couplet de sa chanson originale qui, comme vous le constaterez plus bas, en comprenait trois.

Évangéline – Anna Malenfant (juillet 1942)

Évangéline (Interprète: Anna Malenfant (1942)

Paroles et musique Marie Lebrun (pseudo de Anna Malenfant)

Je l’avais cru ce rêve du jeune âge
Qui souriant m’annonçait le bonheur
Et confiante en cet heureux présage
Mes jeunes ans s’écoulaient sans douleur.
Il est si doux au printemps de la vie
D’aimer d’amour les amis de son coeur
De vivre heureux au sein de la patrie
Loin du danger à l’abri du malheur. (bis)

Évangéline, Évangéline
Tout chante ici ton noble nom
Dans le vallon sur la colline
L’écho répète et nous répond:
Évangéline, Évangéline.

Qu’ils étaient beaux ces jours de notre enfance
Cher Gabriel, au pays de Grand-Pré
Car là régnaient la paix et l’innocence
Le tendre amour et la franche gaieté.
Qu’ils étaient doux le soir sous la charmille
Les entretiens du village assemblé
Comme on s’aimait, quelle aimable famille
On y formait sous ce ciel adoré. (bis)

Là les anciens, devisant du ménage
Avec amour contemplaient leurs enfants
Qui réveillaient les échos du village
Par leurs refrains et leurs amusements.
La vie alors coulait douce et paisible
Au vieux Grand-Pré dans notre cher pays
Lorsque soudain notre ennemi terrible
Nous abreuva de malheurs inouis. (bis)

Hélas ! depuis sur la terre étrangère
J’erre toujours en proie à la douleur
Car le destin dans sa sombre colère
M’a tout ravi, mes amis, mon bonheur.
Je ne vois plus l’ami de mon enfance
À qui j’avais juré mon tendre amour
Mais dans mon coeur je garde l’espérance
De le revoir dans un meilleur séjour. (bis)

Autres chansons de mémoire à écouter sur le blogue « J’ai la mémoire qui chante » :

* * *

Oui, nous sommes toujours vivant et nous avons besoin de votre soutien !

Cliquez sur ce lien et faites un don  pour nous aider à garder ce site vivant.



Abonnez-vous gratuitement au site « J’ai la mémoire qui chante » pour être avisé des prochaines publications et contribuez ainsi à la promotion de la grande et de la belle chanson d’expression française !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

===============================================
N’OUBLIEZ SURTOUT PAS DE CONFIRMER
votre adresse courriel (email) lorsque vous recevrez
un message à cet effet du système WordPress !
===============================================

 

 

About these ads
commentaires
  1. Guylaine Jean-Gagnon dit :

    Merci pour cette belle recherche sur le thème d’Évangeline et des Acadiens en général. Née de parents acadiens, je n’ai pas grandi en Acadie, mais tous ces étés passés sur les plages de la baie des Chaleurs ont eu raison de mon coeur; j’y retournerai bientôt pour y rester. Il faut aussi écouter la dernière interprétation d’Évangeline par Annie Blanchard à Dieppe (oui toujours au Canada – village situé entre Shediac et Moncton), à l’occasion de la fête nationale acadienne.

    Pour mieux comprendre l’Acadie, écoutez aussi cette chanson de Renée Claude qui parle du village natal de ma mère.

  2. Carmen leBlanc dit :

    J’ai trouvé des références concernant l’Évangeline attribuée à Anna Malenfant qui font remonter cette version à 1904. On la retrouve aussi dans une publication de 1911. Ce qui a attiré mon attention c’est que j’ai trouvé un enregistrement de mon grand-père (1887-1981) qui chante cette chanson et comme son répertoire était très ancien, je me demande s’il ne s’agit pas plutôt d’une chanson traditionnelle.

  3. Eliane BONiFASSI dit :

    Magnifique et pas besoin d’ être Acadien pour être touché, la séparation des amoureux est un thème que l’on retrouve partout dans la littérature (poèmes, opéra, théatre, chansons). Les exemples sont très nombreux. Allez cherchons :
    Evangéline et Gabriel,
    Roméo et Juliette
    Les Amants de Vérone
    De l’autre côté du Pont (Adamo) ,
    etc…etc…
    la force de dire merci …..

    • Merci de votre commentaire, Éliane. Et vous avez tout à fait raison de souligner qu’il s’agit là d’un thème universel. J tenais tout de même à souligner le contexte historique spécifique qui est sous-jacent à cette chanson.

      La chanson n’exprime pas seulement des états d’âme personnels, elle peut aussi incarner – comme c’est le cas, je crois, dans cette chanson – un rappel de blessures collectives qui ont laissé des traces indélébiles. La chanson est une mémoire qui oublie peut-être moins que la trop courte mémoire des personnes.

  4. Pour ceux et celles qui souhaiteraient en apprendre un peu plus sur la déportation des Acadiens, je vous invite à regarder le document qui suit, document visuel produit par la Société Radio-Canada dans le cadre de la série «Canada, une histoire populaire»:

  5. Commentaire reçu sous YouTube:
    « Bonjour, je suis enchantée d’être là? Cette chaîne me ravie car je me trouve dans un univers familier, avec des amoureux de la chanson poétique francophone de qualité.

    Je viens d’aller faire un tour sur mémoirechante; alors là je suis encore sous le choc, très troublée à l’écoute d’Evangéline (jusque là, inconnue de moi).

    Cette chanson dégage un flot d’images si fortes que l’intensité tirent les larmes. Je suis comme à la sortie de la projection d’un grand film où il est impossible de prononcer un seul mot.
    Félicitations pour ce beau travail et merci de nous le faire partager… »

    BONIFASSIMAMINANE

  6. Melocoton dit :

    Bonjour Danoue,

    Je viens de vérifier et je ne rencontre aucun problème pour l’écouter.

    Bonne journée

  7. danoue dit :

    Bonjour

    je ne peux malheureusement entendre la version de Michel Conte lui-même; on me dit: File not found. J’aimerais beaucoup l’entendre, ayant bien connu Michel Conte dans les années 1970.
    est-ce que d’autres ont le même problème?

    merci
    Danoue

  8. Je me permets d’ajouter aux interprétations suggérées par Yves (Melocoton) cette très puissante chanson de Zachary Richard qui évoque elle-aussi la tragédie de la déportation…

    Cette chanson fut écrite en 1973 pendant la première tournée de Zachary en France.La chanson raconte la Déportation des Acadiens, les ancêtres de Zachary par les Britanniques en 1755. Les « godams » est une référence aux soldats britanniques. Les Acadiens les appellaient « les godams » du fait qu’ils sacraient beaucoup.

    Si vous ne connaissez pas Zachary Richard, je simplifierai un peu en disant que c’est un américain « Louisianais » de souche acadienne (leurs descendants sont les Cadiens ou Cajuns d’aujourd’hui) qui a découvert sur le tard ses racines et qui s’est mis à apprendre à chanter en français. Et il a fait plus qu’apprendre puisqu’il a composé plusieurs très belles chansons dont celle-ci:

    Zachary Richard chante « Réveille » au Congrès Mondial Acadien en 1994.

    Voici les paroles de la chanson:

    Réveille

    Réveille, réveille,
    C’est les goddams qui viennent,
    Bruler la récolte.
    Réveille, réveille,
    Hommes acadiens,
    Pour sauver le village.

    Mon grand-grand-grand père
    Est venu de la Bretagne,
    Le sang de ma famille
    Est mouillé l’Acadie.
    Et là les maudits viennent
    Nous chasser comme des bêtes,
    Détruire les familles,
    Nous jeter tous au vent.

    Réveille, réveille,
    C’est les goddams qui viennent,
    Bruler la récolte.
    Réveille, réveille,
    Hommes acadiens,
    Pour sauver le village.

    J’ai entendu parler
    De monter avec Beausoleil.
    Pour prendre le fusil
    Battre les sacrés maudits.
    J’ai entendu parlé
    D’aller dans la Louisianne
    Pour trouver de la bonne paix
    Là-bas dans la Louisianne.

    Réveille, réveille,
    C’est les goddams qui viennent,
    Bruler la récolte.
    Réveille, réveille,
    Hommes acadiens,
    Pour sauver le village.

    J’ai vu mon pauvre père.
    Il était fait prisonnier.
    Pendant que ma mère, ma chère mère
    Elle braillait.
    J’ai vu ma belle maison
    Était mise aux flammes,
    Et moi je suis resté orphelin,
    Orphelin de l’Acadie.

    Réveille, réveille,
    C’est les goddams qui viennent,
    Bruler la récolte.
    Réveille, réveille,
    Hommes acadiens,
    Pour sauver le village.
    Réveille, réveille,
    C’est les goddams qui viennent,
    Voler les enfants.

    Zachary Richard, Les Editions du Marais Bouleur

  9. Melocoton dit :

    Il y a eu d’autres belles variations sur le thème d’Evangeline dont celle de gérard Dôle

    http://www.4shared.com/audio/kkaekrOd/10-Evangeline.html

    C’est pas la peine tu pleures
    Belle Evangéline
    Dessous le grand chêne vert
    Où tu venais le soir
    C’est plus la peine t’espères
    Mes beaux yeux noirs
    Là bas dans la Louisiane
    Moi j’m’en vas jamais t’revoir

    mais parmi elles, ma préférence va à « Evangéline Acadian Queen » d’Angèle Arsenault (1977)

    http://www.4shared.com/audio/zXYb_U3G/10_Evangline_Acadian_Queen.html

    Je m’en vais vous parler
    De quelqu’un qu’vous connaissez
    Oui mais trompez-vous pas
    A vient pas des États
    Même si un certain fellow
    Qui s’appelait Longfellow
    L’a popularisée
    Y’a deux cents ans passés.

  10. Philippe Walraff dit :

    Tombé en amour de votre magnifique patrimoine en séjournant quelques semaines à Montréal, je me suis depuis lors toujours intéressé à la chanson québecoise. Vous le savez certainement, il existe encore une autre version de cette magnifique chanson, celle de Marie-Jo Thério. C’est sans doute cette version qui est la plus connue en Europe francophone, bien que très peu ici l’aient entendue. Par ailleurs, je tiens, cher Pierre, à vous remercier pour les magnifiques pépites que vous nous déterrez chaque semaine. Avec mes salutations les plus festives depuis Bruxelles.

    • Merci Philippe pour ce gentil mot…

      Oui je connais bien la version de Marie-Jo Thério dont j’aime généralement les chansons (notamment sa chanson « T’es beau Raphael ») mais dans le cas de son interprétation de la chanson « Évangéline » – et c’est strictement une question de goût personnel – je la trouve trop « country » ou « folk » si on préfère, ce qui n’est pas toujours un défaut mais dans le cas d’une chanson qui évoque une tragédie, ce l’est….

  11. Un partageux dit :

    Le Grand Dérangement, oui, mais je ne connaissais pas l’Évangéline des Acadiens. Comme L’Estaque pour les Catalans, Le Temps des Cerises pour les Français ou Bella Ciao pour les Italiens, il est des chansons qui marquent au fer rouge l’imaginaire collectif. Merci pour cette belle découverte et merci pour l’interprétation de Michel Conte.

  12. Melocoton dit :

    Grand merci Pierre,

    c’est le genre de message que j’adore trouver dans ma boîte dès potron-minet.

    Sous le ciel d’Acadie, au fond d’un joli val,
    Et non loin des bosquets qui bordent le cristal
    Que déroule, tantôt sous les froides bruines,
    Tantôt sous le soleil, le grand Bassin des Mines,
    On aperçoit encor, paisible, retiré
    Et loin de ce qu’il fut, le hameau de Grand Pré.
    Henry W. Longfellow

    http://gutenberg.ca/ebooks/lemay-evangeline/lemay-evangeline-00-h.html

    • C’est la journée des « révélations » (après avoir constaté sur la page Facebook de « J’ai la mémoire qui chante », à ma très grande surprise, que plusieurs auditeurs européens disent n’avoir jamais entendu parler de la déportation des acadiens)…
      Nouvelle révélation puisque à mon tour je découvre grâce aux mots de mon ami Melocoton que le long poème de Longfellow a été traduit (une traduction plus « inspirée » que littérale) par nul autre que Pamphile Lemay dont la carrière littéraire sera florissante au Québec à la fin du XIX siècle.

      Mais peu importe que l’on doive ces vers à Longfellow ou à Pamphile Lemay, le fait est qu’ils sont magnifiques:

      « …Assis au coin de l’âtre où les fagots s’allument,
      De l’humble Evangéline on conte les malheurs;
      Et les petits enfants versent alors des pleurs.
      Et l’Océan plaintif vers ses rives brumeuses
      S’avance en agitant ses vagues écumeuses;
      Et de profonds soupirs s’élèvent de ses flots
      Comme pour se mêler au bruit de leurs sanglots! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s