Ferrat Jean


Jean Ferrat, de son vrai nom Jean Tenenbaum, est un écrivain-parolier, musicien-compositeur et chanteur-interprète français, né le 26 décembre 1930 à Vaucresson (Hauts-de-Seine) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas en Ardèche. Dernier de quatre enfants d’une famille modeste qui s’installe à Versailles en 1935, il poursuit ses études au Collège Jules Ferry. Son père est joaillier et sa mère fleuriste. Durant la guerre, son père, qui est juif, est déporté par les nazis et meurt à Auschwitz. Jean Ferrat a onze ans quand il perd son père, il est alors caché par des militants communistes.

À quinze ans, il doit donc quitter le lycée pour travailler afin d’aider financièrement sa famille. Il commence en même temps des études de chimie et devient aide-chimiste jusqu’en 1954.

Attiré par la musique et le théâtre, il entre dans une troupe de comédiens au début des années 1950, compose quelques chansons et joue de la guitare dans un orchestre de jazz. Il passe sans grand succès quelques auditions, fait des passages au cabaret sous le nom de Jean Laroche, et, ne se décourageant pas, décide de se consacrer exclusivement à la musique. Le jeune guitariste prend ensuite pour pseudonyme Frank Noël, avant d’opter pour Jean Ferrat (d’après la ville Saint-Jean-Cap-Ferrat).

En 1956, il met en musique « Les yeux d’Elsa », poème de Louis Aragon dont il est un admirateur. C’est André Claveau, alors en vogue, qui interprète la chanson et apporte à Jean Ferrat un peu de notoriété. Il se produit alors au cabaret parisien La Colombe, en première partie de Guy Béart.  En 1958, il sort chez Vogue son premier 45 tours, mais ne rencontre guère de succès. Une jeune chanteuse, Christine Sèvres, reprend quelques-unes de ses chansons. Il l’épousera en 1961. C’est la rencontre en 1959 de Gérard Meys, qui deviendra son éditeur et son ami, qui relance sa carrière.

Sa rencontre avec Alain Goraguer, qui signera ses premiers arrangements sous le pseudonyme de Milton Lewis, sera par ailleurs décisive. Ce dernier deviendra ensuite l’arrangeur attitré des chansons de Jean Ferrat.

Son premier 33 tours sort en 1961 et reçoit le prix de la SACEM. Il entame alors une longue carrière, émaillée de difficultés avec la censure. En effet, Jean Ferrat a toujours été un chanteur engagé. Il écrira ses textes ou mettra en musique ceux de ses amis poètes, Henri Gougaud, Georges Coulonges ou Guy Thomas.

En 1962, il fait la connaissance d’Isabelle Aubret. Un véritable coup de foudre amical a lieu entre les deux artistes. Ferrat lui écrit « Deux enfants au soleil », un des titres majeurs de la chanteuse, et lui propose la première partie de la tournée qu’il démarre alors. Il compose une chanson sur des paroles écrites par Philippe Pauletto qu’il publie en 1970, et qui sera ensuite interprétée aussi par Isabelle Aubret : Tout ce que j’aime.

Jean Ferrat habitait dans la commune d’Antraigues-sur-Volane (près de Vals-les-Bains) en Ardèche, qui lui inspirera d’ailleurs la chanson La Montagne. Il était marié à Christine Sèvres (de son vrai nom : Jacqueline Christine Boissonnet) décédée en 1981 à l’âge de 50 ans. Ils ont chanté en duo la chanson La Matinée.  Jean Ferrat meurt le 13 mars 2010 des suites d’un cancer, où il avait été admis quelques jours auparavant.

Compagnon de route du Parti communiste français sans jamais en avoir été membre, il a rapidement pris ses distances avec Moscou. Dans la chanson Camarade, il dénonce l’invasion russe de Prague en 1968.  Il accuse le système commercial qui fait passer les considérations financières avant la chance donnée aux artistes créatifs. Publiant des lettres ouvertes aux différents acteurs de la vie culturelle, présidents de chaînes, ministres, il dénonce une programmation qui selon lui privilégie les chansons « commerciales » aux créatifs. Il était membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie internationale de la promotion d’une culture de non-violence et de paix.

Source: Wikipedia , Rfi Musique

Jean Ferrat

Chanson de Jean Ferrat à écouter sur le site “J’ai la mémoire qui chante” :


* * *

Nous avons besoin de votre soutien !


Abonnez-vous au site « J’ai la mémoire qui chante » et contribuez à la promotion de la grande et de la belle chanson d’expression française !

EN VOUS ABONNANT TOUT À FAIT GRATUITEMENT AU SITE « J’AI LA MÉMOIRE QUI CHANTE », VOUS NE COUREZ ABSOLUMENT AUCUN RISQUE sauf celui d’être informé, dès la parution d’une nouvelle chanson !  

Pour ce faire, il vous suffit tout simplement d’entrer votre adresse courriel (votre email) en utilisant le formulaire d’abonnement  que vous trouverez, au bas de la présente page !

Visitez notre nouvelle page sur Facebook

commentaires
  1. BARRUHET Isabelle dit :

    Merci pour la découverte de votre site. j’adore Jean Ferrat et bien d’autres. Et Georges Chelon.

  2. Blanchetière François dit :

    votre site s’enrichirai d’une chanson de Jean Ferrat puisées par exemple dans son dernier disque: Ferrat 95, réalisé à partir des poèmes d’Aragon.

    • Vous avez raison, François, je viens de me rendre compte que je n’ai pas ajouté une chanson de Ferrat depuis longtemps. lui qui pourtant compte un si grand nombre de chansons dans mon palmarès sentimental.

  3. BOURMAULT dit :

    bravo et merci pour l’article sur monsieur JEAN FERRAT

    • Merci pour votre petit mot… J’aime et j’apprécie toutes les chansons de Jean Ferrat. Et en plus c’est un homme que j’ai admiré pour son admirable sens de la solidarité sociale.

  4. DELEZAY dit :

    parce que nous ne serons jamais assez nombreux pour parler des chansons qui ont quelques choses à dire.
    pirate

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s