Fréhel


Fréhel (1891-1951) – Interprète, Actrice

Fréhel (Marguerite Boulc’h) est née à Trégastel, en Bretagne, elle chante dès l’âge de cinq ans dans les rues et les cafés. A 15 ans, alors qu’elle travaille dans une pharmacie, elle est remarquée par la Belle Otéro. Elle fait ses débuts sur scène à L’Univers, sous le nom de Pervenche, titre d’une de ses chansons. Sa beauté, sa voix prenante et son style austère de goualeuse lui assure rapidement le succès.

De cafés-concerts en music-halls, elle devient une des artistes de renom du Paris de la Belle Epoque, avec des titres comme « Le Grand frisé » ou « Sur la Riviera », composé pour elle par Léo Daniderff. Extravagante et noceuse, elle mène alors la grande vie. Sur scène, il lui arrive de rudoyer le public, qui en redemande. Elle se lie d’amitié avec Damia et entretient une liaison avec Maurice Chevalier. Fréhel s’exile alors en Russie, puis échoue à Constantinople.

Près de dix ans plus tard, en 1922, elle rentre à Paris, bouffie, vieillie et méconnaissable. Tout le monde l’a oubliée, on la croyait morte. Mais sa voix est intacte. Commence alors pour elle une nouvelle carrière, qu’elle débute en 1923 à l’Olympia, avec un succès mitigé. Petit à petit, elle retrouve son public : en 1926 à l’Apollo, en 1933 à l’Alcazar de Paris, en 1937 et 1938 à l’ABC, dans une revue avec Mayol et Lys Gauty, en 1940 au Concert Pacra, en 1942 à l’Européen, en 1943 à l’Alhambra. On l’envoie chanter pour les prisonniers français en Allemagne.

Parallèlement, elle entreprend une carrière au cinéma : on l’y voit surtout pour de courtes apparitions, l’occasion d’une chanson, dans des rôles qui correspondent à son image et à son physique : tenancière de bar ou de bordel, ancienne vedette noyée dans ses souvenirs, comme cette chanteuse de la Casbah dans Pépé le Moko de Julien Duvivier (1936), qui interprète « Où est-il donc » de Vincent Scotto. Dans Coeur de lilas de Anatole Litvak en 1931, elle interprète « La Môme caoutchouc » avec Jean Gabin. Un de ces emplois au cinéma (Une Java de Claude Orval) lui donne un de ses titres les plus célèbres : « La Java Bleue » (1938).

 

Fréhel (1911)

Une des grandes interprètes de la chanson réaliste

Avec sa voix un peu rauque et son répertoire peuplé de filles de rue et d’amants qui s’en vont, Fréhel reste une des grandes interprètes de la chanson réaliste. Elle a également chanté quelques titres comiques (« Tel qu’il est »).

Elle finit ses jours dans le quartier Pigalle, dans la misère, la déchéance et l’alcool. Peu avant sa mort, un gala organisé en sa faveur tourne à la catastrophe : son état de santé ne lui permet plus de chanter.

 

Source: Le Hall de la chanson

Chanson(s) de Fréhel  à écouter :

Où est-il donc ?

Les chansons « classiques » de son répertoire:
  • J’ai l’cafard (1927)
  • La Valse des coups de pieds au… boum (1927)
  • L’Obsédé (1930)
  • Pauvre grand (1930)
  • Sous la blafarde (1930)
  • Comme un moineau (1930)
  • Comme une fleur (1931)
  • La Coco (1931)
  • Quand on a trop de cœur (1931)
  • La Chanson du vieux marin (1931)
  • À la dérive (1931)
  • Musette (1932)
  • Le Grand Léon (1933)
  • C’est un mâle (1933)
  • Si tu n’étais pas là (1934)
  • La Peur (1935)
  • Il encaisse tout (1935)
  • Il est trop tard (1935)
  • Où sont tous mes amants ? (1935)
  • Rien ne vaut l’accordéon (1935)
  • La Valse à tout le monde (1936)
  • Le Fils de la femme poisson (1936)
  • Les filles qui la nuit … (1936)
  • Maison louche (1936)
  • Tel qu’il est (1936)
  • Et v’la pourquoi (1936)
  • Pépé le moko (1936)
  • Sous la flotte (1936)
  • Tout change dans la vie (1936)
  • C’est un petit bal musette (1936)
  • Pleure (1937)
  • Derrière la clique (1938)
  • L’Amour des hommes (1938)
  • La Chanson des fortifs (1938)
  • La Môme Catch-catch (1938)
  • Ohé ! les copains ! (1939)
  • La Der des der (1939)
  • La Java bleue (1939)
  • Sans lendemain (1939)
commentaires
  1. CHAMBON Serge dit :

    Fréhel et aussi Berthe Silva deux magnifique chanteuse qui ne serons jamais au jamais égalée d’une part pour leur magnifique voix et leurs chansons qui au moins veulent dire quelque chose (chose de la vie ) que l’on ne retrouve pas dans n’importe quel chant d’aujourd’hui (vive la chanson d’hier )
    BRAVO A FREHEL BERTHE SILVA DAMIA ET LES AUTRES BELLE CHANTEUSE DE SES EPOQUE .

  2. christine dit :

    la première grande chanteuse de blues musette … typiquement français … immense personnalité , immense voix qui nous émeut toujours 60ans après .

    • Oui vous avez tout à fait raison de le souligner… la voix de Fréhel possède cette très rare qualité que bien peu de chanteurs possèdent, celle d’émouvoir.

      Ne manquez surtout pas la publication de la merveilleuse chanson de Fréhel « Où est-il donc » dimanche le 20 février prochain. J’y présente notamment une vidéo où l’on voit Fréhel interpréter sa chanson (extrait du film Pépé le Moko).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s