Articles Tagués ‘sensualité’

Des  « Ponts et Chaussée » à la chanson

C’est au Caire, en Égypte, que naÎt Guy Béart – de son vrai nom Guy Béhart-Hasson –  le 16 juillet 1930.  Sa famille est juive et ses parents ont des racines espagnoles, suisses et russes. Il est, comme vous le savez tous et toutes,  le père de l’actrice Emmanuelle Béart..

Lorsqu’il débarque à Paris en 1947, Guy Béhart s’inscrit à l’École Nationale de Musique. Plutôt doué, il joue de nombreux instruments avec un faible pour les cordes. Mais parallèlement, il intègre tout aussi brillamment l’École Nationale des Ponts et Chaussées, une des plus fameuses écoles françaises d’ingénierie. Il en ressort diplômé et spécialisé dans le béton.

C’est donc, comme ingénieur des Ponts et Chaussées qu’il commence sa carrière professionnelle : chanter n’est alors qu’un agréable passe-temps pour lui..  Ainsi à partir de 1954,  il chante sous le nom de Guy Béart, le soir dans les cabarets de la Rive gauche de Paris, rive gauche de la Seine où sont regroupés la plupart des lieux où tout artiste se doit de passer pour se faire un nom : la Colombe, le Port du Salut, les Trois baudets ou Bobino.  La chanteuse Patachou repère ce jeune homme timide dans son costume strict.  Elle reprend très vite la chanson « Le Bal chez Temporel », suivie de près par Zizi Jeanmaire et Juliette Gréco qui s’approprie deux de ses chansons « Chandernagor » et « Qu’on est bien ».

Deux merveilleuses chansons d’amour à demi-mots

Béart a le don du petit air qui s’installe. Ainsi il écrit sa chanson « Qu’on est bien », d’un seul trait presque sans rature. Béart ajoutera: « J’avais vingt-six ans, et c’était au Port du Salut. J’esquissais quelques pas de danse avec ma joie de vivre retrouvée, après la séparation d’avec Micheline, dans les bras de la patronne, Françoise, qui était une copine. » Et il ajoute que le point de départ de cette chanson, ce sont les mots et les paroles du refrain et que toute la chanson est structurée autour.

Nous avons tous un « palmarès sentimental » des chansons qui nous ont marqué à un moment ou à un autre de notre vie.  Vous entendrez successivement deux chansons de la même époque « Béart » qui occupent les toutes premières positions dans mon  propre palmarès sentimental.  Mieux encore que dans « L’Eau Vive », nous y découvrons cette couleur chaude et douce du  timbre de la voix de Guy Béart . Ce sont également deux merveilleuses chansons  d’amour  à  demi-mots, chansons presque épidermiques, comme le seront d’ailleurs plusieurs de ses chansons.

Deux très belles chansons que je vois invite maintenant à écouter dans leur version originale, gravées sur disque par Guy Béart en 1957 (malheureusement il n’existe aucune vidéo, en libre accès, de Béart interprétant l’une ou l’autre de ces deux chansons)

Guy Béart  – Qu’on est bien (1957)

Guy Béart  – Qu’on est bien (1957)

QU’ON EST BIEN – Paroles et musique par Guy Béart

(Refrain)
Qu’on est bien
Dans les bras
D’une personne du sexe opposé
Qu’on est bien
Dans ces bras-là
Qu’on est bien
Dans les bras
D’une personne du genre qu’on n’a pas
Qu’on est bien
Dans ces bras-là

C’est la vraie prière
La prochaine aime le prochain
C’est la vraie grammaire
Le masculin s’accorde avec le féminin

(au Refrain)

Certains jouent quand même
Les atouts de même couleur
Libres à eux moi j’aime
Les valets sur les dames les trèfles sur les coeurs.

(au Refrain)

Les creux sur les bosses
Tout finit par se marier
Les bons sur les rosses
Et même les colombes avec les éperviers

(au Refrain)

Qu’on est bien
Dans les bras
D’une personne du sexe opposé
Qu’on est bien
Dans ces bras

Guy Béart  – Vous (1957)

Guy Béart  – Vous (1957)

VOUSParoles et musique par Guy Béart

Ce qu’il y a de bon en vous c’est vous
Tout le reste ne vaut rien du tout
Tout ce qu’il y a autour
N’est que matière à discours
Pour le reste ,je me tais c’est vous

Quand je vais à notre rendez-vous
Je me dis ce que les gens sont fous
De ne pas venir avec moi
C’est vrai qu’ils ne savent pas
Ce que c’est que d’être auprès de vous

Certains me disent du mal de vous
Mais vous voyez bien que je m’en fous
Tout le bien et tout le mal
S’additionnent c’est normal
Ce qu’il en sort le meilleur c’est vous

Ah ! j’aimerais tant jouer avec vous
Même si je reste sans atout
Sans un as mes rois abdiquent
Je n’ai plus le moindre pique
Me reste un seul cœur il est à vous

C’est fini je reste au garde à vous
Et je ne dirai plus rien du tout
Ah ! j’aurais pu dire encore
Que j’aime tant votre corps
C’est faux ce que j’aime en vous, c’est vous

Lire la biographie de Guy Béart

Autres chansons à écouter
Pages en préparation et qui seront publiées incessamment:
  • Léo Ferré – Les poètes de sept ans (Rimbaud)
  • Serge Reggiani – La Chanson de Maglia (Victor Hugo)
  • Boby Lapointe – Framboise
  • Jacques Douai – Il n’y a pas d’amour heureux
  • Georges Ulmer – Un monsieur attendait
  • Serge Lama – L’enfant d’un autre
  • Philippe Clay – Julie la rousse
  • Cora Vaucaire – Rue St-Vincent
  • Jacques Brel – Quand on a que l’amour
  • Mortimer Schuman – L’accordéon naufrageur
  • Marc Ogeret (Aragon)- J’entends, j’entends !
  • Guy Béart – Qu’on est bien + Vous
  • Régine – Les P’tits Papiers
  • Dominique Michel – En veillant sur le perron
  • Félix Leclerc – Le Petit Bonheur (1950)
  • Claude Léveillé – Les vieux pianos
  • Fabienne Thibeault – Le monde est stone
  • Jeanne Moreau – Ni trop tôt, ni trop tard

Assurez-vous de ne pas manquer la publication de ces pages EN VOUS ABONNANT GRATUITEMENT AU SITE « J’AI LA MÉMOIRE QUI CHANTE » – Pour ce faire, il vous suffit d’entrer votre adresse courriel en utilisant le formulaire d’abonnement  que vous trouverez au bas de la présente page.