La fille de l’île

Publié: 24 avril 2015 dans

Lucienne Vernay

La fille de l’île par Lucienne Vernay et Félix Leclerc

Paroles de la chanson:

La Fille De L’ile :

Il m’a donné le pont de l’île,
Les goélands et la marée,
Puis il est parti vers la ville
Et je me suis mise à pleurer.
Pourquoi, pourquoi le pont de l’île,
Les plumes blanches et la marée?
Ce sont des choses inutiles
À fille qui se meurt d’aimer.
Moi, j’ai deux bras faits pour étreindre
Tête d’enfants et moutons blanc.
C’est pas que je voudrais me plaindre,
Mais j’envie celles qui vont au champ.
Je reste seule amont la cote,
Avec mon île et la marée.
Mon bel ami a fait la faute
De croire que j’étais une fée.
Pourtant, il sait que mes épaules
Soulèveraient gerbes de blé.
Il sait que j’abattrais le saule
Pour bâtir maison à son gré.
Il s’est penché dessus ma couche.
Il m’a saoûlé de mots d’enfant.
Il a juste effleuré ma bouche
Comme fait le vent, le vent qui ment.
J’échangerais ma poésie
Pour la tete de mon ami.
Dans mon tablier de semaine,
Je l’emmenerais à mes peines.
C’est cette longue solitude
Qui creuse un trou devant mes pas.
Ah! si seulement, si sa main rude
Pouvait venir chasser tout ca.
Oui, j’échangerais mon île jolie
Pour un grand malheur avec lui.

commentaires
  1. paule Romeyer dherbey dit :

    Très jolie chanson poétique sans un malencontreux accompagnement qui aurait masqué cette voix si délicate MERCI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s