James-ollivier-1013

Pour lire les commentaires sur cet article cliquez ici

James Ollivier (de son vrai nom James Gaston Raymond Duchamp) est un chanteur et musicien français, né le 25 mars 1933 à Reims. Il a commencé sa carrière comme comédien, mais se tourna très tôt vers la chanson, en se produisant dans les cabarets de la rive gauche et en participant à l’émission de Luc Bérimont, La Fine Fleur de la chanson française.

Il a mis en musique et interprété les textes de nombreux poètes français (Villon, Ronsard, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Hugo, Apollinaire, Cocteau, Aragon, Desnos, Queneau, Supervielle, Prévert, Cadou, Bérimont, etc.) et repris certains poèmes mis en musique par Brassens. Il a notamment reçu le Prix de l’Académie du disque français et le Prix de l’Académie Charles-Cros en 1969, ainsi que le titre de Chevalier de l’ordre des Palmes académiques en 1992 pour son action d’initiation à la poésie et à la musique auprès des jeunes d’âge scolaire.

Cocteau compte parmi les artistes ayant le plus marqué le XXe siècle

Cocteau a un peu plus de 30 ans quand il écrit le texte qu’interprète ci-dessous James Ollivier, texte extrait de Plain-Chant publié par Cocteau en 1923. Le poème a été mis en musique de le contrebassiste et compositeur franco-libanais, François Rabbath.

Comptant parmi les artistes qui ont marqué le XXe siècle, Cocteau a côtoyé la plupart de ceux qui ont animé la vie artistique de son époque. Il a été l’imprésario de son temps, le lanceur de modes, le bon génie d’innombrables artistes et il posa sa touche inspirée sur tout ce qu’il créa avec une grâce particulière, une originalité de tous les instants et une intuition rare. En dépit de ses œuvres littéraires et de ses talents artistiques, Jean Cocteau insista toujours sur le fait qu’il était avant tout un poète et que tout travail est poétique.

La descente aux enfers

En 1918, Max Jacob lui présente le jeune poète Raymond Radiguet. Il exercera sur la courte carrière de ce dernier une influence prépondérante. Les deux hommes entreprennent beaucoup de voyages ensemble. La réaction de Cocteau à la mort soudaine de Radiguet, en 1923, crée un désaccord avec certains proches qui déclarent qu’il l’a laissé désespéré, découragé et en proie à l’opium. Son penchant pour l’opium à cette époque-là, Cocteau l’explique comme un simple hasard lié à sa liaison fortuite avec Louis Laloy, le directeur de l’Opéra de Monte-Carlo.

La dépendance de Cocteau envers l’opium et ses efforts pour s’en sevrer auront une influence décisive sur son modèle littéraire. Son livre le plus connu, Les Enfants Terribles, est d’ailleurs écrit en une semaine, au cours d’un difficile sevrage.

Source: Wiki

James Ollivier  / Je n’aime pas dormir
P
oème de Jean Cocteau (Plain-Chant -1923) / musique de François Rabbath

Jean Cocteau

Paroles de la chanson:

(Poème de Jean Cocteau / musique de François Rabbath)

PLAIN-CHANT

Je n’aime pas dormir quand ta figure habite,
La nuit, contre mon cou ;
Car je pense à la mort laquelle vient si vite,
Nous endormir beaucoup.

Je mourrai, tu vivras et c’est ce qui m’éveille!
Est-il une autre peur?
Un jour ne plus entendre auprès de mon oreille
Ton haleine et ton coeur.

Quoi, ce timide oiseau replié par le songe
Déserterait son nid !
Son nid d’où notre corps à deux têtes s’allonge
Par quatre pieds fini.

Puisse durer toujours une si grande joie
Qui cesse le matin,
Et dont l’ange chargé de poursuivre ma voie
Allège mon destin.

Léger, je suis léger sous cette tête lourde
Qui semble de mon bloc,
Et reste en mon abri, muette, aveugle, sourde,
Malgré le chant du coq.

Cette tête coupée, allée en d’autres mondes,
Où règne une autre loi,
Plongeant dans le sommeil des racines profondes,
Loin de moi, près de moi.

Ah ! je voudrais, gardant ton profil sur ma gorge,
Par ta bouche qui dort
Entendre de tes seins la délicate forge
Souffler jusqu’à ma mort.

Je mourrai, tu vivras et c’est ce qui m’éveille!
Est-il une autre peur?
Un jour ne plus entendre auprès de mon oreille
Ton haleine et ton coeur.

Je n’aime pas dormir quand ta figure habite,
La nuit, contre mon cou ;
Car je pense à la mort laquelle vient si vite,
Nous endormir beaucoup.

espace site wordpress

Quelques autres chansons à écouter sur « J’ai la mémoire qui chante » :

Liste complète des chansons déjà publiées sur cette page

* * *

Oui, nous sommes toujours vivant et nous avons besoin de votre soutien !

Cliquez sur ce lien et faites un don  pour nous aider à garder ce site vivant.



Abonnez-vous gratuitement au site « J’ai la mémoire qui chante » pour être avisé des prochaines publications et contribuez ainsi à la promotion de la grande et de la belle chanson d’expression française !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

===============================================
N’OUBLIEZ SURTOUT PAS DE CONFIRMER
votre adresse courriel (email) lorsque vous recevrez
un message à cet effet du système WordPress !
===============================================